mercredi 14 décembre 2011

SUGAR CANE FIELDS

Frédéric George nous livre ici une adaptation en BD d'une chanson du groupe "les sardines" dont fait parti un autre élève de l'atelier de Boitsfort. Un résultat dense et sombre.
Pour la musique des sardines:  http://www.myspace.com/lessardines



16 commentaires:

  1. Monsieur Houbard vous êtes répugnant ! Mais je dois reconnaître que c'est pas mal foutu :p

    RépondreSupprimer
  2. J'ignore qui se cache derrière ce pseudonyme... je connais bien un Joseph Stallone qui s'est fait passer pour un révolutionnaire pendant quelques années, mais de John Lénine aucun n'a croisé ma route.

    Il y a bien un petit être fragile qui se prétend mélomane et communiste (si seulement il avait su que le rock était prohibé en urss), mais je doute que cet individu sache écrire.

    Ou alors juste son nom en lettres capitales.

    RépondreSupprimer
  3. Cette prose décousue d'un dessinateur fainéant ne fait que me convaincre qu'il est facile de dénigrer les honnêtes communistes quand on se cache derrière un écran de PC (PC pour "ordi" pas "Parti Communiste")

    RépondreSupprimer
  4. A monsieur Jean Lesninne,

    Vous apprendrez qu'il n'est pas dans l'ordre des chose de s'adresser à moi avec tant de mépris et de condescendance. Laisser sous-entendre que je serais un dessinateur oisif est une insulte, un outrage, un affront, une offense, une infamie, une ignominie, c'est abjecte, c'est infecte, c'est indigne, c'est bas, c'est avilissant. En un mot: ceci est le reflet de toute vos turpitudes de garçon vicieux et je vais vous le dire comme je le pense:

    ... Je ne suis pas un dessinateur fainéant, je suis un auteur laborieux !


    Je vous remercierai de vous en souvenir dans le futur si vous ne voulez pas vous couvrir de ridicule dans vos prochaines mondanités.

    RépondreSupprimer
  5. A celui qui se prétend Poète de Couillet,

    Votre réquisitoire aurait pu paraître touchant s'il n'était truffé de fautes d'orthographe. Si vous voulez passer pour quelqu'un d'un tant soit peu crédible, utilisez un bon vieux Larousse...

    Continuez, mon petit, cet amical pugilat verbal entre gentlemen m'amuse beaucoup !

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur,

    De gentleman ici je ne vois que moi, et je tiens à vous manifester toute mon indignation de voir ce statut bassement accaparé par un individu de votre espèce.

    Nous savions la malhonnêteté intellectuelle l’une de vos nombreuses tares, mais la voir ainsi mise en pratique avec tant de maestria me mettrait presque la larme à l’œil si mes sentiments vous concernant étaient authentiques. Je reconnais bien là les méthodes subversives utilisées par les gens de votre milieu, on peut aisément les qualifier de chef-d’œuvre du pervers, de prodige de la dégénérescence. Je regrette amèrement le temps du service militaire où l’armée avait vite fait de vous mettre toute cette mauvaise herbe au pas.

    Puissiez-vous vous étrangler une bonne fois pour toute en mangeant cette dinde aux marrons, comme un ultime pied de nez à cette dualité profonde qui vous définit, cette attitude que je qualifierais de « petit-bourgeois » dans laquelle vous vous complaisez et que vous croyez cacher derrière une idéologie soi-disant gauchiste, mais vous ne trompez plus personne, aujourd’hui un seul coup d’œil vers votre personne suffit à briser la supercherie.

    Monsieur, au plaisir de vous fouetter la joue…

    RépondreSupprimer
  7. Dejonne Laine-hinne17 décembre 2011 à 20:39

    Je vois...rédiger d'impérialistes pamphlets à longueur de journée, c'est tout ce que vous êtes capable de faire, Monseigneur ! Quand je pense que pendant ce temps-là, vous pourriez être en train de vous rendre réellement utile à vous-même en dessinant de multiples petits "Toto"...
    Il est navrant de constater que ceux qui n'ont pas la force morale nécessaire pour percer dans le métier tentent bassement de nuire à ceux qui travaillent consciencieusement à leurs planches de découpage (pour l'instant au nombre honorable de 18)...
    Ceci étant, je me dois de complimenter votre verve prosaïque...

    RépondreSupprimer
  8. Monsieur,

    Je constate que tous mes efforts pour vous inculquer un minimum d'humilité en société restent vains et que votre arrogance et votre dédain vous porte encore dans des bassins dans lesquels vous n'avez plus pied.

    Il est amusant de constater que ce sont les êtres les plus nantis et les plus privilégiés qui se permettent les sentences les plus acerbes et j'y vois là une confirmation de votre duplicité. "Travail = Salaire" disait le bourgeois, voir mes efforts ainsi expertisés avec tant d'impudence et tant d'impudeur par un ventre qui n'a jamais eu faim, par des mains qui n'ont jamais eu mal, par un corps qui n'a jamais eu froid, me rappelle sans cesse vos véritables origines sociales et toute les vices qui la composent.

    Pensez-vous aux familles décomposées lorsque votre maman vous vous enfile votre écharpe le matin, lorsque votre assiette est pleine le soir, lorsque vos habits sont propres le matin ? ne pensez-vous pas à vos privilèges lorsque vous arriver dans votre grande école pleine de gens propre sur eux ? Peut-être croyez-vous que c'est l'ordre normal des choses te que c'est offert à tous ?

    Non monsieur, c'est encore là quelques-uns de vos privilèges sociaux, ceux- dans lesquels vous vous complaisez, dans lesquels vous vous rependez grassement devrais-je dire. Vous êtes tellement en adéquation avec ceux-ci que vous ne les décernez même plus, ils vous semblent naturels et c'est à bien à cause de cela que vos jugements ne sont pas valide, ils sont vicié par vos travers moreaux.

    Non monsieur, vous ne serez jamais un communiste crédible, vos actes et votre situation, comme vos reproches, vous dénoncent.

    Pour terminer, monsieur, sachez que moi aussi je serai capable de produire des planches à une cadence démesurée si je me satisfaisais des maigres effets qui sont les votre. Vous ressemblez à petit enfant qui, tout fier de son caca, l'exhibe à ses parents et qui pense que le monde lui doit tout quant à cet acte fécal primaire... Mais un jour vous grandirez j'en suis convaincu et du haut de ce nouveau perchoir qu'est l’expérience vous observerez le monde et comprendrez la vraie valeur des choses que vous produisez.

    Vous êtes juste un peu en retard sur les autres, mais ce n'est pas grave. Un jour vous serez un homme, je vous l'affirme.

    En attendant je vous prierai de ne jamais revendiquez ni le statut de communiste, ni celui d’artiste sans quoi je serai dans l'obligation de vous corriger à nouveau.

    PS: (j’espère que vous ne négligez pas tout les petits messages que je met dans l'url de mon pseudo a votre égard)

    RépondreSupprimer
  9. Aaah, cher ami !

    Votre baratin s'essouffle ! Vous ressassez les mêmes thèmes bidons depuis déjà plusieurs commentaires, à la recherche de la faille dans la forteresse de mes convictions derrière laquelle je me cache bien à mon aise !

    Vous qui parlez de mes origines sociales dont je ne suis moi-même pas maître (seriez-vous maître des vôtres ?) Je vous ferai remarquer que Marx n'était pas issu du milieu des travailleurs mais de la bourgeoisie allemande ! Et que Lénine lui-même est le descendant d'une famille de la petite aristocratie russe !

    Vous conviendrez donc que l'origine sociale n'a pas d'influence immuable sur les convictions politiques de l'individu ! Que s'il me plaît d'être communiste, c'est bien dans l'esprit de rétablir une Justice Sociale envers tous les déshérités du système capitaliste ! Et donc, par le fait, envers vous,vous qui vous dites véritable homme du peuple avec un ventre qui a faim, des mains gourdes qui connaissent la saveur du mal et au corps engourdi par le froid !

    Tout me laisse donc croire que c'est un orgueil mal-placé qui vous fait dire toutes ces choses et vous fait mordre la main salvatrice que je vous tend ! Et bien, s'il en est ainsi, demeuré dans votre tanière, ours mal-léché ! Et laissez donc les soi-disant "fils de la bourgeoisie" défendre votre honneur et vos droits !

    RépondreSupprimer
  10. ceci étant je m'excuse pour la petite faute à la deuxième ligne du dernier paragraphe: "demeuré" s'écrit avec "ez" à la fin !

    RépondreSupprimer
  11. Bon !

    Très cher Simon, je crois qu'il est temps de mettre le holà à ce crescendo meurtrier.

    Bien que j'ai en stock plein d'arguments saignants qui me titillent le clavier, il est de ma responsabilité d'adulte de mettre fin à cet honorable échange, c'est donc ce que je fait.

    De plus je sens que tu va bientôt me vexer et comme tu es mon ami, je n'aimerai pas devoir te mettre la fessé en public devant certains représentants de l'autre sexe.

    PS: Je pense à toi, mon chou.

    RépondreSupprimer
  12. Ce débat entre hommes de valeur m'a admirablement amusé ! Je n'ai pas vu passer la semaine grâce à lui !

    C'est avec le plus grand des plaisirs (ou déplaisir...;D) que j'ai été votre antagoniste, brave homme !

    J'espère vous voir présent mercredi au cours !

    RépondreSupprimer
  13. Hélas il faudra attendre la rentré pour profiter à nouveau de ma présence.

    RépondreSupprimer
  14. vous auriez pu faire cela ailleurs! A moins que vous ne me trouviez un rapport avec tout ça et ces planches !!

    RépondreSupprimer
  15. Ralala toutes ces bouffeuses de manga à qui de nobles dialogues passent au-dessus de la tête et ça se permet de critiquer son monde...Mais où va-t-on je vous le demande ?

    RépondreSupprimer